Poly’Art : des accessoires zéro déchet fait main en tissu !

Poly’Art : une créatrice qui confectionne des accessoires zéro déchet fait main !

Poly’Art : De retour avec une cause qui me tiens de plus en plus à cœur !

De retour avec une cause qui me tiens de plus en plus à cœur : la protection de l’environnement autrement dit le zéro déchet. Notamment depuis que ma nouvelle vie a pris place(celle de vanlifeuse à plein temps). C’est grâce à Laura qui, avec sa marque Poly’Art, m’a fait le privilège de pouvoir tester quelques accessoires. Laura, je l’ai découverte grâce à mon projet de vie Marcel_vanlife, mais surtout grâce à Alex(Le Vestiaire d’Alex). Je recherchais une couturière pour élaborer mes housses de matelas et il s’avère que celle-ci n’est autre qu’une des couturières pour la boutique. Alors sans plus tarder, découvrons ensemble cette pétillante créatrice. Partons avec elle dans l’optique de nettoyer notre belle planète.


-Interview-

Bypipelette : salut Laura. Ma première question est simple mais pertinente : depuis quand t’es-tu prise de passion pour la couture ? 

Poly’art : Depuis toujours je dirai ! À 6 ans, quand on partait en vacances en famille, dans la voiture, je passais le temps en dessinant des croquis de vêtements. À l’âge de 9 ans, je faisais des robes à ma petite sœur avec les vieux rideaux de notre maman. Arrivée au collège, mes professeurs de l’époque étaient déjà au courant de mon envie d’être styliste. Ils me donnaient des magazines ou des nouveautés qu’ils arrivaient à avoir dans la haute couture pour que je puisse m’enrichir. Donc depuis toujours…

C’est génial d’avoir une passion depuis sa tendre enfance et depuis quand exerces-tu cette passion comme métier ?

J’ai commencé par être retoucheuse et habilleuse quand j’avais 19 ans dans une boutique de vêtements pendant 10 ans. J’ai pu apprendre aussi le métier de retoucheuse qui est bien différent de celui de styliste. Et cela fait quelques mois que j’exerce mon métier de styliste/modéliste en tant qu’artisan métier d’Art ; grâce à Poly’Art que j’ai mis une bonne année à mettre en place, et dont je suis très fière. L’entreprise me permet aujourd’hui de réaliser tous les projets que j’ai envie, je me sens plus libre d’évoluer professionnellement. Je suis styliste/modéliste, je fabrique et restaure d’ancien mobilier et
Instrument de musique, designer en aménagement boutique, créatrice d’accessoires(principalement en zéro déchets).

Du coup j’imagine que tu as suivi un cursus professionnel dans ce secteur-là ?

Oui, diplôme obtenu au lycée de Nîmes Ernest Hemingway.

Félicitation ! Que fabriques-tu ? Pourquoi ce genre d’accessoires ? Décris-nous ta gamme pour nos lecteurs. 

Je crée des produits zéro déchet du quotidien. Je me suis aperçue, à titre personnel, qu’on utilisait beaucoup de choses qui finissent à la poubelle. Pour ce qui est de la peau(les lingettes ou cotons jetables)ce ne sont pas des choses saines que l’on utilise sur le visage. Depuis que je les utilise, je n’ai plus d’apparition de boutons… On nous apprend enfant à ne pas gaspiller la nourriture et pourtant on consomme énormément de produits jetables. Ma fille Naomi de 4 ans est déjà adepte du zéro déchet. C’est pourquoi je fabrique des carrés démaquillants, des débarbouillettes, des essuie-tout, des éponges lavables, etc. Même à la maison, je fais très attention. Je fais moi-même ma lessive pour l’écologie & l’économie. Essayer c’est adapter. Mais je ne fais pas que ça en couture. Je crée aussi des pochettes, des nœuds papillon, des blagues à tabacs, des déguisements pour enfants, des capes de bain pour bébés, des anneaux de dentition en bois naturel, habillements de mobilier… Je réalise tout ce que je souhaite & tout ce qu’on me demande. Je suis énormément à l’écoute des envies et besoins de chacun.

C’est super important. Ta flexibilité est un sérieux atout. Comment sélectionnes-tu tes tissus ? Si les clients ont déjà leur propre tissu, peux-tu confectionner ce qu’ils souhaitent avec ?

Je les sélectionne pour leur qualité, leur beauté & pour l’environnement. De nombreux tissus sont beaux quand on les regarde mais au toucher, ceux-ci sont très inconfortables. Quand on regarde la composition des fibres c’est la catastrophe. J’ai besoin de toucher les tissus et d’être certaine de leurs compositions. C’est pourquoi je ne commande jamais mes tissus sur le net, je préfère me fournir chez le petit magasin de tissu local.
Bien sûr je peux confectionner à partir d’un tissu dont le client dispose déjà. Je l’accompagnerais vers les possibilités de créations réalisables, je lui dirais le métrage exact(pour le porte-monnaie & ainsi éviter le gaspillage), je l’aiderais pour les matières.

C’est vrai, je te pose la question mais c’est exactement ce qu’il s’est passé pour notre van Marcel. Nous t’avons présenté les éléments à recouvrir & tu nous as dit ce qu’il fallait comme longueur de tissu. Sachant que l’on savait déjà lequel on voulait. Tout s’est magnifiquement bien passé. Je suis curieuse de savoir qu’elle est ta plus grosse production actuelle. Que vends-tu le mieux ?

Pour l’instant dans l’univers du zéro déchet ce sont les carrés démaquillants et les éponges lavables.

Génial, je ne pouvais rêver mieux ! C’est exactement ce dont je veux parler aujourd’hui puisque ce sont les deux produits que j’ai pu découvrir grâce à toi. Dis moi, si les lecteurs sont intéressés par tes créations, as-tu un site où tu proposes tes articles ?

Mon site est en cours de création. Il sera actif pour le mois prochain. Il y a les pages sur Instagram & Facebook. Pour l’instant je vends mes créations de cette façon. J’ai des commandes partout dans la France et même à l’étranger. J’ai toujours un stock ; enfin j’essaye d’avoir un stock(je fais même des personnalisations)car ça part relativement vite. Je participe à des marchés spécialisés tels que Journée des Métiers d’Arts et du savoir faire à Aujargues. Également au Marché des Créateurs à Lunel-Viel, qui va avoir lieu prochainement. Lorsque je tiens un stand, je prends plaisir à effectuer des ateliers de création pour permettre à chacun d’avoir une petite base de couture.

C’est bien d’être active sur les réseaux & de vouloir inculquer son savoir faire. Les gens sont très connectés maintenant. Fais-tu les envois
Postaux s’ils ne sont pas de la région ?

J’essaye de l’être oui. J’aime bien les échanges sur ces réseaux-là. On y retrouve mes créations en photos. Je fais les envois Postaux oui bien sûr. Pour permettre à tout le monde d’acquérir mes créations. J’expose également dans des boutiques et salons de coiffure de façon permanente.

On peut retrouver tes créations au Vestiaire d’Alex. On peut y retrouver tes carrés démaquillants par lots. Important de le préciser car c’est grâce à cette boutique que j’ai eue le privilège de te rencontrer. Pour finir as-tu de futurs projets dans la couture ? Penses-tu élargir ta gamme ? 

Pour l’instant j’ai plein d’idées dans la création. J’en dévoile petit à petit. Il m’a beaucoup été demandé d’effectuer des ateliers de couture pour enfants et adultes. De partager mon savoir, réaliser un croquis, aller en magasin de tissus pour toucher les différentes matières, expliquer les fonctions de chaque tissu, faire un patron & confectionner son vêtement ou accessoire à la machine.
Poly’Art n’est pas uniquement du zéro déchet. Quand je dis que l’entreprise me permet de réaliser vos désirs, c’est réellement ça. On m’a demandé récemment de créer une tenue maman/petite-fille pour un mariage. On m’a également demandé de faire le tissu d’un mobilier(fauteuil ancien). Je vais proposer deux ateliers au CHU de Montpellier pour les enfants malades en tant que bénévole. Je crée des collections uniques & personnalisées pour des fournisseurs. J’ai eu également la réalisation des housses pour les banquettes de ton van Marcel. J’adore tous ces projets. J’adore le fait de pouvoir faire de ma passion mon métier.


Une rencontre charmante avec Laura …

J’aime la passion que Laura transmet à travers son métier. Elle confectionne ses accessoires depuis son atelier dans le sud de la France(à Gallargues-le-Montueux). J’ai adoré échanger avec elle. Que ce soit pour l’interview ou pour la réalisation de mes housses de banquettes. Elle est perfectionniste & minutieuse mais elle aime le travail bien fait. Le travail rendu est précieux et au-delà de mes espérances. Il en va de même pour la confection de ses accessoires. J’ai pu tester grâce à sa gentillesse, les carrés démaquillants. Ils me faisaient de l’œil depuis un moment. Curieuse de savoir si le démaquillage s’effectuait vraiment en profondeur, j’en suis ravie. Après avoir terminé mes disques de coton, je suis passée à ces fameux carrés. Honnêtement, je ne m’en passe plus. Comme Laura, j’ai remarqué que les petites imperfections avaient beaucoup diminué. Je n’en ai quasiment plus(quelques-unes encore dues au stress ou aux mains sales). C’est également un gain d’argent, de temps avec moins de déchets. Il suffit de déposer votre lait démaquillant sur le carré, de vous démaquiller puis de le nettoyer. Je rince celui-ci à l’eau tiède. Ensuite, laissez-le sécher pour le prochain usage. Un tour à la machine & c’est reparti. Je préfère d’ailleurs utiliser les petits carrés plutôt que les grands. Je les trouve moins pratiques et moins maniables pour le démaquillage. Déjà plus d’un mois d’utilisation de ces carrés & c’est vraiment devenu ma routine quotidienne. Ma peau est plus belle. Jamais je ne reviendrais au coton. J’utilise également un carré pour ôter le vernis de mes ongles. Grâce au tissu du carré, même les vernis les plus résistants s’effacent. Laura m’a également fait tester des éponges, produites grâce au tissu restant des banquettes de notre van. Mêler l’utile à l’agréable en restant dans la même touche déco. Je les utilise pour la vaisselle puis pour le nettoyage de Marcel ; j’en suis satisfaite. Même utilisation que pour les carrés : se lavent rapidement, gain d’argent, moins de déchets… J’ai déjà tout passé à la machine & les éponges ne bougent pas. Si vous souhaitez retrouver un tissu similaire, il s’agit d’un tissu jacquard trouvé à Mondial Tissu. Selon Laura, ce tissu était parfait à travailler avec un très bon qualité/prix.


Astuce : faire sa lessive soi-même !

D’ailleurs, Laura fait elle-même sa lessive. Comme cela m’intéressait pour la vie en van, je souhaite vous la partager ici.

Mélangez 150 gr de savon de Marseille préalablement mixé, rajouter 3 cuillères de bicarbonate de soude, 3 cuillère de vinaigre blanc pur, 3 litres d’eau ainsi que 20 gouttes d’huile essentielle de votre choix(menthe, citron, orange… À vous de choisir le senteur). Une fois tous les ingrédients réunis & mélangés, votre lessive est prête à l’emploi.


CODE PROMO

Pour découvrir le travail de Laura & vous remerciez d’avoir lu cet article en entier, nous vous proposons, grâce au code BYPIPELETTE, une réduction de 20 % sur votre commande. Il vous suffit de voir directement avec Laura sur Poly’art ou sur Polyartcrea et lui dire que vous souhaitez bénéficier de notre promo. Vous pourrez retrouver tous ses accessoires(éponges, essuie-tout, blagues à tabacs, lingettes, débarbouillettes, etc). Ne tardez donc plus à faire un geste pour votre quotidien & pour la planète.

poly-art-crea-12